L’organisation d’un évènement consacré aux cryptos au Sénat est un exercice délicat. En 2018, un fiasco retentissant avait braqué l’essentiel de la communauté, parfois à raison. La question de savoir qui étaient les actionnaires de Bitcoin est restée, pour beaucoup, un mème reflétant l’incompréhension du législateur pour une énième innovation technologique qu’il lui fallait intégrer.

Pour cette journée crypto au Sénat, la sénatrice Nathalie Goulet, vice-présidente de la commission des finances, a souhaité changer de format.

Plutôt qu’une traditionnelle audition parlementaire, il s’agissait cette fois-ci de se focaliser sur la pédagogie, sur le besoin des législateurs de comprendre les fondamentaux techniques nécessaires à la mise au point d’une régulation efficace, qui ne soit pas contre productive vis-à-vis d’une innovation bouillonnante et parfois bruyante du monde de la crypto.

Un cadre spectaculaire

Le Sénat, et l’Orne, le territoire dont la sénatrice est l’élu, ont ainsi proposé aux Éclaireurs du Numérique, l’équipe derrière le podcast éponyme, de réunir, le 3 octobre dernier, une sélection d’experts avec pour mission d’expliquer aux invités les fondamentaux du monde de la crypto.

La salle multimédia René Monory, l’ancienne chapelle du Sénat magnifiquement restaurée

Le cadre choisi est tout simplement spectaculaire : la salle René Monory, une ancienne chapelle restaurée à la perfection et transformée en salle multimédia.

Autant dire que pour l’occasion, c’était sans doute la plus belle salle de cours au monde.

Plus d’une centaine d’invités

Si de nombreux professionnels du monde des crypto avaient fait le déplacement, l’événement s’adressait avant tout à ceux qui fabriquent la loi au quotidien : sénateurs, administrateur, assistants parlementaires, mais également hauts fonctionnaires venus de Bercy, du ministère de l’intérieur ou de Tracfin venu échanger et présenter leurs travaux et leurs réflexions.

Le «replay» en podcast

La plupart des interventions sont disponibles sous la forme de podcasts, même si certaines, comme la présentation consacrée à la géopolitique du web3 de Tariq Krim ou aux méthodes d’investigation de Tracfin resteront pour le moment confidentielles.

Vous pouvez dès à présent écouter l’intervention d’Alexandre Stachtchenko, et suivre le compte des Éclaireurs pour être au courant des prochains épisodes.

Des réactions enthousiastes ?

Une fois n’est pas coutume, alors que les premières réactions à l’annonce de la journée cryptosénat n’était pas vraiment enthousiastes, les retours de ceux qui ont assisté en présentiel ou en visioconférence à cette journée d’initiation aux crypto était plutôt optimistes.

Deux mots d’ordre se détachent clairement du côté du Sénat : faire face au fait que la crypto est là pour durer et s’imposer et qu’il ne s’agit en rien d’une mode passagère, ce qui impose au législateur de faciliter et en aucun cas brider l’innovation.

Un sponsor remarqué

Non, en réalité, il n’y avait aucun sponsor à cet évènement crypto (et oui, on nous a fortement suggéré tout un tas, jusqu’au chinois Binance).

C’est du coup l’Orne, à travers la sénatrice Nathalie Goulet, qui a fait office de puissance invitante, invitant les participant à un buffet durant la pause de midi où ils ont pu déguster différentes spécialités locales, dont une a fait particulièrement sensation : un camembert au lait cru des établissements Gillot, habillé aux couleurs de la crypto, ce qui en a fait une pièce de collection quasi immédiatement, cette première édition étant limité à 100 exemplaires.

La prochaine édition du camembert crypto sera sans doute accompagnée d’un NFT, ce sujet particulier n’ayant pas, faut de temps, été abordé lors de cette première journée cryptosénat.